Diégèse  vendredi 16 juillet 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3850 jours et son auteur est en vie depuis 18303 jours (3 x 6101 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 1er décembre 1979
"Le désir d'écrire."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens qu'écrire est pour moi avouer et tricher tout à la foisJe n'écris rien, tout au désir d'écrire et je modifie sans cesse comme ce personnage de 2000 les règles d'un jeu qui n'est pourtant pas un jeu. Je n'écris rien, j'écris, donc.
Tout au désir d'écrire, Barthes donne une "feuille de route" pour celui qui est pris aussi du désir d'écrire. Il prévient que c'est sans doute une impasse mais la route qui est une impasse n'en est pas moins une route.
Je vais te voir. Je sais que je vais te voir puisque tu le demandes et je ne sais pas encore si mon amour va résister à ta rencontre réitérée, cet amour qui s'accommodait douloureusement de ton absence et de ce manque, cet amour délité mais vivant.







2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je dois avouer que je suis content d'avoir oublié. Nous trichons avec la vie.
Ce serait croire que la connaissance est réversible. Il est impossible de recréer par imagination l'impossible absurdité de l'expérience. ... je peux toutefois, par une méditation attentive et assez souvent réitérée, faire en sorte de me rappeler cette condition, chaque fois qu'il en sera besoin...
... c'est trop triste sinon de jouer pour toujours faire perdre les autres.
... (quelqu'un qui) en cours de partie modifierait insensiblement les règles, feignant parfois que ces modifications soient à son désavantage, allant perdre, un peu, beaucoup, et laissant l'impétrant, à la fin de la partie qui ne finirait jamais, épuisé...