Diégèse  samedi 24 juillet 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3858 jours et son auteur est en vie depuis 18311 jours (18311 = nombre premier)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 8 décembre 1979
"Au fond ce sont les éditeurs et les libraires qui ont besoin de catégories,
ne serait-ce que pour classer les livres dans une librairie."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que cette "avant fin" de juillet est le moment de l'été mature, son moment de maturité, sa pleine force et au loin, la promesse de son déclin, dans un déjà de déception et de résignation au temps qui passe.
En disant que "ce sont les éditeurs et les libraires qui ont besoin de catégories" pour classer les livres, Barthes oublie une profession et sans doute la première à avoir classé les livres : les bibliothécaires, les documentalistes. Cependant ces derniers ont une science qui leur permet de classer l'inclassable et pour eux le livre est moins un produit qu'une mystique car il y a une mystique du livre et l'école des Chartes est sans doute un des rares lieux où l'initiation à cette mystique se transmet et se poursuit. Nul doute que l'arrivée du livre électronique n'y changera rien et que l'amour de la nomenclature dépassera la déception du contact avec le corps du livre.
Et je ne m'habituerai pas et je ne pourrai pas m'habituer et par toi, à jamais, je perdrai même le sens de ce qu'est l'habitude.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Le temps de la vie continue inlassablement. On ne peut rien obtenir de certain avec les souvenirs.
Tu pourrais pleurer, tu pourrais pleurer beaucoup, tu pourrais pleurer longtemps et tu pourrais pleurer les larmes que tu gardais pour les grandes occasions. Regarder encore le ciel. Maintenant il ne me semble rien de plus urgent que de retrouver cette attention flottante aux doutes et aux lambeaux de vérité qui puissent amenuiser mon angoisse du jour et renforcer le sommeil de la nuit.
... quand je fais venir ton visage devant les yeux, l'émotion même est détruite. ... dans ce début de fin d'été, poisseux, empoussiéré...  ... je pourrais être lavé par l'air avant d'être plongé dans l'eau très froide.