Diégèse  dimanche 25 juillet 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3859 jours et son auteur est en vie depuis 18312 jours (23 x 3 x 7 x 109 jours)
2010

ce qui représente 21,9736% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 8 décembre 1979
"Prose proprement romantique :  au plus haut point changeante - changeante -
merveilleuses tournures étranges, sauts brusques tout à fait dramatiques même
pour de brefs exposés."
(Barthes cite la définition que donne Novalis de la prose romantique, du roman.)


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que les souvenirs s'échangent, de personnes à personnes et de personnages à personnages. Il n'y aura peut-être de souvenirs que de souvenirs partagés. Je me souviens parce que je dis que je me souviens. Je me souviens parce que l'on me demande si je me souviens ou parce que l'on pourrait me demander si je me souviens. Les souvenirs que je ne partage pas sont d'une autre nature. Il y a les petits traumatismes, les secrets... et mes mensonges. Ce ne sont pas des souvenirs.
"Même pour de brefs exposés" : le style, ce serait cela, pouvoir être reconnu même dans les écrits les plus brefs et les plus communs, et même dans les écrits administratifs. J'ai eu un temps l'envie de retrouver les notes de Barthes quand il travaillait au ministère des Affaires étrangères en 1952. Ce travail a peut-être été fait. Y retrouve-t-on la "langue" de Barthes ?
Et je ne me souviendrai pas, je ne me souviendrai pas assez, je ne me souviendrai jamais assez de ce trajet, de la rue, de la fenêtre et sans décor, pourrai-je jamais me souvenir de toi...
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Sans souvenirs encombrants, je suis parvenu à m'exercer, par une attention accrue à des détails infimes, à me donner une impression de lenteur et parfois, cette lenteur se transforme en un peu de douceur. J'essaye quant à moi de me souvenir pour vous...
... l'éclipse de la fiction, l'absence complète de direction.
Elles sont parfois adoucies par le sourire ou par l'idée du sourire, si clairement, avec les yeux et la bouche, et le baiser.
Je suis toujours moi aussi dans la pose du pastiche.