Diégèse  dimanche 6 juin 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3810 jours et son auteur est en vie depuis 18263 jours (7 x 2609 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 1er décembre 1979
"Ma vie est d'une certaine façon dévolue à l'écrire, à l'acte - à l'activité d'écrire."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que celui qui écrit est seul à pouvoir percevoir dans le texte les traces biographiques, événements, troubles, anniversaires, le bruit de la rue qui accompagne les phrases dans une prosodie urbaine. Ainsi, ce doit être bien difficile d'écrire une autobiographie et de faire en sorte qu'au delà du signifié, le lecteur puisse percevoir aussi ces mêmes traces biographiques.
Barthes superpose deux déclaration en une seule : ma vie est dévolue à l'acte d'écrire ; ma vie est dévolue à l'activité d'écrire. La première sonne comme une épitaphe ou comme un mode d'emploi ou encore comme un avertissement. La seconde évoque une table, une chaise et les instruments de l'écriture et sonne alors comme une représentation littéraire de l'écriture, de l'écrivain et de la littérature. Mais si j'entends "ma vie est dévolue à l'écrire", je peux aussi entendre autre chose qui ne fait plus de "l'écrire" un substantif mais un verbe et j'entends alors "ma vie est dévolue à écrire ma vie", tautologie terrible qui épuise la vie.
J'éloigne mon visage de la vitre, j'éprouve mon reflet. Je rapproche mon visage de la vitre, je me fonds dans mon reflet. Je répète lentement ce jeu et mes yeux se substituent à tes yeux, ma bouche sur ta bouche et mon souffle en nuages qui perlent.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'était un jeu. Tu te trompes et tu es seul mais tu voyages et tu voyages et tu te promènes.
Il devrait bien avoir au moins une rue.
tu verras
Quand il m'arrive parfois de voir juste, de ne pas me tromper et que je parviens sans grande difficulté, juste un petit instant, à accepter la mort et parfois même sa souffrance, je sais que Dieu existe. Le calcul des éclipses est la chose qui étonne le plus dans les recherches des Astronomes... Quelle vie ? ... tu me regardes avec douceur et je te regarde avec douceur. C'est un drôle de compte à rebours.