Diégèse  mercredi 16 juin 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3820 jours et son auteur est en vie depuis 18273 jours (3 x 6091 jours)
2010

ce qui représente 20,9052% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 1er décembre 1979
"Le rapport est là. L'auteur qui compte, pour moi qui veux écrire,
ça va devenir comme un signe de moi-même.
Je vais m'en servir comme d'un signe de moi-même."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que la diégèse se penche sur la diégèse. Quand je dis que "le temps diégétique est par nature inassimilable au temps qui passe, insoluble dans le temps qui passe", je dis aussi, je dis encore que le temps de la diégèse est une fiction, l'irréel absolu. Ainsi le lecteur, parce qu'il faut bien qu'il fasse semblant de comprendre, tâche de raccorder des événements épars à une chronologie plausible. Mais le lecteur ne fera jamais que faire semblant de comprendre car le texte, comme l'inconscient, ne connaît pas de chronologie car par essence la diégèse est "achrone".
Il y aura peu d'auteurs qui comptent, que j'ai rencontrés, dont j'ai vraiment rencontrés les textes. Ceux-là, il ne sera pas possible de les distinguer de leurs textes. La voix de Barthes est le texte de Barthes et celle de Duras est le texte de Duras. Depuis longtemps, Barthes et Duras fonctionnent ainsi "comme des signes de moi-même" au delà de la lecture de leurs textes, dans une sorte de protection de dieux mânes littéraires qui cependant ne me dit rien du texte à écrire et qui, comme le font les dieux, laisse dans le doute d'une prière littéraire fervente mais hasardeuse.
La lumière vient oser ce que je n'ose pas. La lumière vient oser la caresse que je n'ose porter à ton cou. Elle choisit le lieu le plus tendre et se fait douce où ma bouche serait féroce.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je marche au hasard, dans le paysage, je marche avec des souvenirs qui produiront peut-être d'autres souvenirs.
... le temps diégétique est par nature inassimilable au temps qui passe, insoluble dans le temps qui passe.

désastre J'entends ton rire, je rêve ton rire et ton absence se fait violence, encore, sans que je sache vraiment ce que je vais faire de ce temps là. Hantise et marches à travers la ville et la ville passe. Je me demande ce que je fais à cette première heure des métros, de la ville qui se prépare à la grande orgie de bruit et d'agitation.