Diégèse  dimanche 20 juin 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3824 jours et son auteur est en vie depuis 18277 jours (72 x 373 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 1er  décembre 1979
"Il y a dans le désir d'écrire un aspect maniaque. C'est une manie."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
L'écriture passe du corps, du frémissement à l'absence et je retiens que l'absence n'est pas le manque. "Il n'y a pas" se juxtapose à "il n'y a plus" dans une tranquillité froide.
Je veux bien, avec Barthes, considérer qu'écrire est une manie. Manie : du grec ancien μανία / maníā « folie, démence, état de fureur ». Si l'écriture, cependant, était toujours une manie, comme celle d'Antonin Artaud, ce serait toujours de l'écriture. Parfois, il s'agit seulement d'une petite manie, un trouble compulsif obsessionnel et l'écriture devient une occupation comme une autre, presqu'un divertissement. Je m'approche de ton sommeil. Le drap est une voile au vent de la nuit qui s'achève et ton souffle passe sur des dunes blanches.





2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Mon temps passe dans cette absence de souvenirs et dans cette absence d'intérêt. Les rues sont mémoire.
L'écriture hypnotisée par l'amour.




... j'ai croisé tes épaules dansantes et mon corps a frémi, sans résultat.