Diégèse  jeudi 6 mai 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3779 jours et son auteur est en vie depuis 18232 jours (23 x 43 x 53 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 3 mars 1979
"Et Valéry a dit : Proust divise et nous donne la sensation
de pouvoir diviser indéfiniment ce que les autres écrivains
ont accoutumé de franchir.
"


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
Je retiens de Descartes cette image forte de "la substance qui pense émergeant du néant". Ainsi l'écriture ne serait pas l'expression d'une pensée ni même l'expression de la pensée mais l'expression de cette émergence du néant, une bouée provisoire qui maintient à la surface de l'abime du rien.
Arnaud Churin met en scène au Théâtre de la Bastille Les Fragments d'un discours amoureux de Barthes. J'y vais avec moins d'anxiété que de doute sur la possibilité de mettre en spectacle ce texte. Je me trompais. Barthes, lecteur averti de La Bruyère fait de ses figures des "scènes" qui dès lors peuvent être mises en scène. Il était plus difficile de respecter Barthes, de ne pas le grimer et les comédiens y parviennent. Le parti pris est de rehausser par le jeu et jusqu'au burlesque parfois l'humour de Barthes qui, dans Les Fragments s'exprime surtout par l'auto dérision ; Peu à peu je souris. Peu à peu je ris.
Barthes aurait sans doute aimé que son texte sorte des cénacles intellectuels et universitaires pour une scène de théâtre. Il aurait aimé de pouvoir vérifier ainsi ce que sa modestie l'aurait longtemps empêché de reconnaître : qu'il a signé avec ce livre une œuvre universellement accessible qui se transmet de poche en poche de l'adolescence à la vieillesse.
Je te suis, sans la peur, sans la crainte et ton corps est disponible à mon regard, ton épaule à ma main. Nous ne sommes plus deux.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

Il y a autre chose que les mots.
Et puisqu'il n'y a rien, et puisqu'il n'y a personne, puisqu'il n'y a personne sur scène, puisqu'il n'y a personne pour regarder la scène, pour faire semblant même de regarder la scène, il n'y a plus que l'écriture qui peut continuer, qui peut faire continuer, qui peut laisser continuer. La forêt, dans un bruissement. Car, au contraire, que j'émerge du néant, moi, c'est à dire une chose ou une substance qui pense, a été manifestement beaucoup plus difficile que d'acquérir les connaissances d'une multitude de choses que j'ignore, connaissances qui ne sont que des accidents de cette substance. (Descartes)

Je ne vois plus les images à travers tes yeux et tu m'abandonnes sans trouble dans ma vision.