Diégèse  samedi 8 mai 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3781 jours et son auteur est en vie depuis 18234 jours (2 x 32 x 1013 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 3 mars 1979
"Pour traduire, donc : je ne me laisserai pas détourner de ce que j'ai décidé de faire,
ça serait la formule, je vous la donne en latin : nihil nisi propositum."


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
L'éclipse est un support inépuisable de métaphores amoureuses. Si de l'éclipse j'exclus la métaphore et si je retranche le récit de l'éclipse, il reste que l'éclipse, ce serait ce qui déjoue tout à la fois l'image et le langage.
Ne pas me laisser détourner de ce que j'ai décidé de faire... Nihil nisi propositum. La devise ne manque pas de panache et j'ai bien sûr envie de l'adopter mais encore faudrait-il que je décide, que je décide enfin, que je décide vraiment, que je décide avec assurance de ce que j'ai décidé de faire.
Notre ville a des trottoirs gris qui laissent pousser quelques herbes vertes puis desséchées, reverdies et de nouveau sèches. Notre ville a des trottoirs gris qui poudroient dans l'évanouissement de nos pas.






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Rien, en apparence; n'incitait au trouble. Tu pourrais écrire que le temps passe.
De ce passage dans vos rues j'ai gardé que les rues sont molles, que ces rues sont molles, que le temps les amollit, que le temps ne passe plus que mollement, que le temps est mou et que les rues sont molles.

Vérifier si Gérard de Nerval a assisté à une éclipse totale de soleil. ... la rivière allait prendre son cours de crue.