Diégèse  vendredi 14 mai 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3787 jours et son auteur est en vie depuis 18240 jours (26 x 3 x 5 x 19 jours) 2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 10 mars 1979
" (pour Joyce ou chez Joyce) Il s'agit d'agencer ces spasmes isolés de psychologues
en une chaîne organisée de moments."


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
Je retiens que le texte se fabrique de manière continue quand bien même son actualisation par le clavier ou le stylo, est, elle, discontinue. L'image qui me vient, banale, est celle du vers à soie qui fabrique la soie sans que l'on puisse vraiment, spectateurs, lecteurs, percevoir le processus de fabrication. Seul le résultat est perceptible, parfois, si tout se passe bien.
Reprenant mes promenades informatiques en Bretagne, je trouve un hameau breton, aujourd'hui dans la banlieue d'Erquy dans les Côtes d'Armor, qui se nomme "Tu-ès-Roc". On y trouvait des carrières artisanales. "Tu es Roc" semble d'ailleurs une meilleure traduction que "Tu es Pierre et sur cette pierre..." (Képhas en grec). J'apprends alors que Simon signifie grain de sable et l'allégorie de Simon qui devient Pierre est alors transparente. J'aimerais aller à Tu-ès-Roc.
Mais il y a ton corps qui masque le texte. Mais il y a ton corps qui seul écrit la scène. Et je ne le lis plus. Et je ne sais plus lire.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Cependant, avec ou sans spectateurs, nous n'étions pas seuls sur scène... ... le texte s'embrouille de mots et d'impressions et fait tout pour te perdre...
Ne plus faire semblant de croire que les bruits de la rue n'atteignent jamais la scène que stylisés, mis en forme, apprêtés.



... te mêlant et te démêlant au fil des jours d'autres personnes... J'ai travaillé la journée entière, me penchant sur les pages qui parlent aux pages, des liens aux liens, les nôtres dissous.