Diégèse  vendredi 5 mars 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3717 jours et son auteur est en vie depuis 18170 jours (2 x 5 x 23 x 79 jours)
2010

ce qui représente 20,4568% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 13 janvier 1979
"L'anonyme nous trouble toujours, même lorsqu'il est bienveillant
et que je l'appelle l'inconnu."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens la fatigue des voyages et l'illusion des voyages. je retiens la tentation de l'installation, de la sédentarité contre le nomadisme. Et je me dis aussi que cette tentation est une tentation équivalente à la tentation de roman. Quitter ce nomadisme textuel de "diégèse" pour un "livre". Et puis je sais que le nomade demeure nomade, que la fatigue et même la lassitude n'entravent pas le voyage et que le livre est encombrant quand je trouve ici cette légèreté qui, au plus près, s'approche de la liberté.
Quand Barthes évoque en les opposant l'anonyme et l'inconnu, il évoque une anecdote qu'il a racontée au début du cours. Des inconnus ont trouvé pour lui un livre de haïku qu'il avait perdu et dont il avait même perdu la référence exacte. L'inconnu bienveillant, qui bien qu'anonyme n'est pas sans nom, c'est ainsi celui qui donne et qui renseigne.
Mais la figure de l'inconnu bienveillant résonne encore autrement pour le lecteur d'"Incidents" et l'on imagine dans la salle trop chauffée du Collège de France flotter un peu devant les yeux de Barthes enrhumé ce jour-là des figures nues, inconnues et anonymes, pas toujours bienveillantes, avec lesquelles il fait l'épreuve "de son délaissement".
Puis nous aurions trouvé une chambre pour la nuit, dans le tremblement du soir, dans le tremblement de la nuit, dans la crainte de la nuit noire. Nous aurions découvert cette chambre pauvre frissonnant, accablés de la gravité de l'instant. Puis j'aurais repris ma caresse. Puis tu aurais repris ta caresse, doucement, nos yeux alarmés.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

... et cela suffirait, et cela suffit bien à faire que l'on reste ensemble, à nous faire demeurer ensemble.
Nous sommes fatigués des voyages et de leurs illusions.


... ces auberges qui font regretter le voyage. Je rentre dans le froid du soir, je pense à toi puis je vais dormir et je pense à toi mais ce n'est pas grave.