Diégèse  samedi 6 mars 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3718 jours et son auteur est en vie depuis 18171 jours (33 x 673 jours)
2010

ce qui représente 20,4612% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 13 janvier 1979
"le désir des fragments, la hantise d'écrire par fragments,
ce qui veut dire que je ne veux pas classer ce que j'écris."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que le texte recule devant toi. Il ne recule pas devant ton évocation et il pourrait même aller loin dans l'évocation de toi. Il recule devant ton apparition, ton surgissement car il y a de la violence dans cette apparition et il y a de la violence dans ce surgissement.
Et je retiens de la phrase de Barthes, cette troncature du cours de Barthes, cette approximation, je ne retiens encore que le mot "hantise". Pour "hantise", dans Wikipédia, je trouve la définition suivante : "La hantise correspond à une situation qui donne l'impression d'une présence « autre »". En cela, c'est une phobie mais c'est aussi un désir. Ainsi, l'écriture par fragments vaque-t-elle entre la crainte et le désir, la crainte de ne pas pouvoir écrire, ni savoir écrire et le désir d'écrire, la nécessité d'écrire. Ce serait cela le fragment et ce serait cela l'assomption du fragment, le poème Pendant la nuit, toute la nuit, le sommeil fragmenté de mon désir aurait écouté ton souffle, devinant trop près de moi, devinant trop loin de moi la puissance irradiante de ton corps. J'aurais pris ta main, doucement et sans espoir.




2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je penserais un peu à toi avant d'en mesurer l'inamovible inutilité. C'est ainsi qu'ils doivent continuer.
Le texte ne veut pas, ne veut surtout pas se coller au monde, imiter le monde. Les fenêtres, toutes les fenêtres. Restent donc les seuls jugements dans lesquels il me faut prendre garde de ne pas me tromper.

Quand je pense à toi et que je revois en effet ta silhouette, qui passe en m'ignorant doucement sans presqu'y penser, je ne sais plus que dire de toi. Je n'ai pas pensé à toi de tous ces jours. Sans appel, sans signe, j'ai oublié que tu pouvais surgir et m'imposer de te reconnaître