Diégèse  jeudi 11 mars 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3723 jours et son auteur est en vie depuis 18176 jours (28 x 71 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 13 janvier 1979
"Il faudrait donc, je dirais brutalement, qu'un Poète
avec un grand "P" nous retrace un vers nouveau..."


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
Je retiens que l'idée du sexe est plus violente que le sexe, que l'idée du sexe est enrobée, entourée, emmenée par des rites convenus de jeu, d'alcool, de clandestinité. Et je retiens parfois aussi le rose de tes joues, alors, dans ce printemps qui arrive et qui n'arrive jamais. Ainsi l'idée du sexe, qui n'est pas le désir de sexe, est-elle toujours un oxymore.
Et quel serait ce vers nouveau qui rendrait possible encore le métier de poète ? Barthes fait semblant de poser la question, fait semblant de poser la question dans ce sens. Il n'ignore pas que les conditions de la production poétique sont liées en profondeur aux conditions économiques, sociales, anthropologiques et donc politiques qui sont faites à l'humain. Dans la société de production de masse des biens culturels, ce qui semble poétique relève de l'image bucolique du feuilleton télévisé et les recherches d'un Mallarmé mort depuis plus de 110 ans semblent encore bien audacieuses à la marchandisation du "poétique", au formatage des goûts et des consciences.
Est-ce bien cependant la poésie qui n'est plus possible ? La poésie est possible. Elle est partout. Ce qui semble plus difficile, ce qui est plus proche d'être impossible, c'est d'exercer le métier de poète, d'être cela, à plein temps, poète.
Et nous montons en promenade. Nous partons, cette promenade en partage. Pendant que tu regardes, pendant que tu rêves, je fais des souvenirs. Pendant que tu regardes, je construis cet amour. Pendant que tu regardes, je bâtis un décor.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Le jour n'est pas venu de dévoiler ton nom. Le printemps allait bientôt exploser.
... de l'absence de douceur vers la douceur...

Dans le temps de mars évanoui...
Le soir, je vois ton visage et le matin, je le revois encore et j'imagine ta voix et ce léger rosissement quand on te parle et ton visage qui pourrait se donner mais pas d'amour, non rien d'autre que le désir, parfois, de l'inconnu. Puis l'alcool a brouillé l'ensemble des cartes.