Diégèse
 dimanche 14 mars 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3726 jours et son auteur est en vie depuis 18179 jours (73 x 53 jours)
2010

ce qui représente 20,4962% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 20 janvier 1979
"Même quand nous observons un temps-qu'il-fait présent,
notre langage en fait déjà un souvenir."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens l'impatience à trouver le printemps, l'impatience à ressentir le printemps, l'impatience à le déclarer ; car le printemps est une déclaration, cette déclaration incertaine du temps qui passe et qui pourrait aller ici ou là.
Un vol d'hirondelle.
L'automne vient d'arriver.
Ce pourrait être un haïku, une considération sur le temps qu'il fait.

Cependant...

Comment peut-on s'imaginer,
en voyant un vol d'hirondelle,
que l'automne vient d'arriver ?

Et c'est une chanson, et c'est un poème et c'est un souvenir, et c'est le souvenir de souvenirs.

Jean Ferrat est mort hier.
Le vent venait proposer de l'insouciance. Le vent venait un peu, de temps en temps, au plus près de ton visage, au plus près de ton corps. Le vent t'aimait. Je me détournais.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je me rappelle parfois la pluie qui oblige à presser le pas. Et il y a toujours la possibilité de la littérature.
... ils calculent le commencement du printemps à la fraîcheur de l'air sur la peau...



... et le temps de conversations un peu dansées et surjouées. Je pense à toi baroque, dans les fumées et les danses arabes.