Diégèse  vendredi 19 mars 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3731 jours et son auteur est en vie depuis 18184 jours (23 x 2273 jours)
2010

ce qui représente 20,5180% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 27 janvier 1979
"Demain, le souvenir."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiendrais bien tout, des éléments des années précédentes. Puisque "avant le texte, tout est possible au texte", il n'y a plus de commentaire...
« Notre époque produit de nouveaux symptômes qui sont autant le signe d’un malaise que la tentative d’y échapper ».
Allio-Weber Un inconvénient mineur sur l'échelle des valeurs.
Au bout du chemin, je me souviens de toi.










2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Mais je me souviens et j'ai mal. Nous serons demain ailleurs, un peu plus loin, mais pas plus éloignés ni de la pluie, ni du soleil.
Avant le texte, tout est encore possible au texte. Le texte porte toujours son propre commentaire. Avant le texte, il n'y a plus de commentaire, il y a le possible immense et l'impossible immense. Avant le texte, il y a la tension du texte, qui s'épanche et qui, soudain, en position d'équilibre, devient le texte, redevient le texte. Il y avait la torture, la torture de corps jeunes, la torture de corps fatigués, la torture de corps jeunes fatigués, la torture de corps fatigués, abîmés, que l'on abîmait, qui étaient abîmés, la torture de corps fatigués, rebelles, tendus, soudain brisés, rebelles, fatigués.


... tu envoies ailleurs les mots et les souvenirs. J'ai encore délaissé mes amis pour le sommeil.