Diégèse  lundi 22 mars 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3734 jours et son auteur est en vie depuis 18187 jours (13 x 1399 jours)
2010

ce qui représente 20,5311% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 27 janvier 1979
"je dirais, selon ma sensibilité en tout cas, que la civilisation des médias,
des "mass-media", se définit à mes yeux par le rejet agressif de la nuance."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que le printemps est la saison de l'incertitude et le corps réagit toujours à l'incertitude par la certitude de son caractère mortel. Ainsi, c'est au printemps que je pense à la mort et à l'automne que je pense à la vie.
La "soirée électorale"... le personnel politique passe à la télé. Rien à attendre. Aucune analyse. Aucune "nuance" dirait Barthes. Rien que des argumentaires venus d'un autre âge. Les perdants avec les gagnants sont figés dans le langage, dans le convenu.
Il faut repartir et traverser encore les herbes couchées par le soleil. Les ombres grandissent à nos pas mesurés. Nous laissons là ce souvenir et nous cheminons, portant notre émotion comme une relique.






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'est désormais le printemps.
Pourtant, j'entrevois peut-être aujourd'hui la cohésion du texte, la cohésion de ce texte qui pourrait un jour être un texte. ... les machinations du monde oublient la vie, la vie vitale, la vie de source, la vie qui lie et relie chaque instant à chaque instant, chaque lieu à chaque lieu.

... jouant et déjouant les rires et les caresses... ... j'oublie un instant la difficulté de respirer et l'angoisse qui pèse sur la poitrine. Je suis vivant.