Diégèse  mercredi 31 mars 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3743 jours et son auteur est en vie depuis 18196 jours (22 x 4549 jours)
2010

ce qui représente 20,5705% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 3 février 1979
"L'émotion, en Occident, est impolie, elle est considérée comme impolie."

Roland Barthes à propos de Fragments d'un discours amoureux
"Je crois qu'il y a un hiatus terrible entre l'écriture et la personne,
en tant qu'elle veut se faire aimer, en tant qu'elle aime."

Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens l'amour et le manque d'amour. Je retiens que c'est de ce manque, distillé patiemment tout au long des jours et tout au long des nuits, de ce manque précis, précisément accolé à la vie, que c'est de ce manque-là et de quelques autres aussi, que procède l'écriture et tout ce qui s'en suit.
Au "hiatus entre l'écriture et la personne" que Barthes évoque, j'ajoute un autre hiatus qui serait celui qui siège entre l'écriture et le souvenir, qui est toujours un souvenir d'amour.
Au réveil, amoureux sans amour, dans la nuit sans amour et tout le jour sans plus d'amour, au réveil je regarde ma vie.




2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je n'ai jamais rien écrit d'autre que la dévastation de l'amour et du manque d'amour. Ce n'est pas un jeu, c'est une technique.
Je ne sais pas jouer mais je veux bien apprendre.




Tout le jour avancé vers la pluie, toute la nuit, les gouttes vont cribler le toit et je sais que mon sommeil sera agité, difficilement calmé par le souvenir de l'absence de tes caresses.