Diégèse  mercredi 3 novembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3960 jours et son auteur est en vie depuis 18413 jours (18413 = nombre premier)
2010

ce qui représente 21,5065% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 5 janvier 1980
"Qu'est-ce qu'il fantasme dans l'œuvre à faire ?
C'est à dire, sous quelle espèce voit-il l'œuvre à faire ?"


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens qu'écrire et, singulièrement, écrire une fiction, écrire des fictions, c'est se permettre d'arrêter de faire semblant car c'est au moment même où l'exigence de véracité et de véridicité faite à soi même par soi même s'estompe puis disparaît qu'il est possible, parfois, et de temps en temps, d'être véritable.
Ainsi, je retiens des années précédentes un fil de nostalgie et je pense à ce livre de François Gantheret, que je n'ai pas lu : La Nostalgie du présent dont la notice énonce que "l'analyse, l'écriture sont, comme l'art, refus de se résigner au peu de réalité du monde de signes auquel les hommes sont condamnés". Et c'est bien cela qui est en jeu par l'écriture, entrevoir et laisser entrevoir, peut-être, quelques fragments du réel.
Barthes parsème son cours de connotations, qu'il n'explicite jamais, par pudeur parfois, par humour sans doute aussi. Ainsi, après avoir défini l'écrire "comme tendance", ce qui renvoyait, encore plus alors qu'aujourd'hui, à l'expression mi populaire mi goguenarde "il a des tendances", il évoque "l'espèce" de l'œuvre, se demandant sous quelle espèce celle-ci peut apparaître et il suffirait qu'il attribue à l'œuvre trois espèces pour qu'elle soit, stylistiquement, sacrée.
Je pourrais t'oublier que je n'oublierais pas ton souvenir et c'est ton souvenir que j'aime, quand je ne te connais pas.





2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... je serai mythologie et volcan. Il ne peut y avoir aucune parole...
Les personnages vivent leur texte sans se soucier des avantages ou des inconvénients du voyage et de sa nostalgie. Mais comme pour toute prophétie, nous devons faire un effort d'interprétation. Suis-je ainsi sans désir par défaut ?
La mer vers le Lido remue encore et porte les bruits de la Grande Grèce, définitive comme un augure. Je ne me rappelle plus vraiment ce que j'appelais à travers toi, ou comment je faisais alors semblant, déjoué, chantant à perte un amour qui n'existait pas. Puis l'on récite les Fragments d'un discours amoureux comme un bréviaire sans prière.