Diégèse  vendredi 5 novembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3962 jours et son auteur est en vie depuis 18415 jours (5 x 29 x 127 jours)
2010

ce qui représente 21,5151% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 5 janvier 1980
"Il me semble que parler de la cochonnerie de l'écriture en écrivant.
Ou se déterminer comme Lautréamont contre les livres, finalement,
en faisant livre, me paraît de la mauvaise foi."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
"La marquise sortit à cinq heures." C'est la phrase que cite Paul Valéry pour discréditer le roman. Ce à quoi Nathalie Sarraute répond  que "écrire des romans, c’est justement refuser d’écrire "La marquise sortit à cinq heures"."
"J'ai quitté la mer par la route des oliviers." dit en 2002 le narrateur, mais il ne dit pas à quelle heure. Ce ne serait donc pas un roman.
Parfois Barthes semble s'adresser, sans doute fantasmatiquement, à quelqu'un d'autre que son auditoire du collège de France. Il y a toujours dans ces cas-là un marqueur linguistique. Ici c'est le mot "cochonnerie" et son intonation qui monte légèrement sur "mauvaise foi". Si pour Barthes écrire est une manie et une tendance et s'apparente ainsi à une perversion sexuelle, à une "cochonnerie", ceux qui critiquent cette cochonnerie en la pratiquant ne peuvent être que des traitres et l'on entend presque Barthes parler de "faux-culs" qu'il conviendrait de "outer".
Et quand tu étais une saison tu étais chaque jour de pluie, tu étais chaque jour de vent, mais tu étais l'été.



2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Tu étais l'été et tu ne souhaitais pas changer de saison. Et puis je ne fais rien.
Et les personnages ne parlent pas de leur corps.


J'ai quitté la mer par la route des oliviers jusqu'à Bagaladi, plus calabraise que la Calabre, toute enserrée dans des montagnes bleues. ... comme je pense à toi libre, comme je pense à toi comme ça. ... dans des caresses légères qui n'en finissaient pas.