Diégèse  jeudi 11 novembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3968 jours et son auteur est en vie depuis 18421 jours (132 x 109 jours)
2010

ce qui représente 21,5406% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 5 janvier 1980
"C'est à dire, la formule, c'est ce qui donne issue, ce qui délie,
ce qui dénoue celui qui veut écrire."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que chaque année le 11 novembre prend avec lui tout ce qui distingue des autres mois le mois de novembre. Ce n'est pas le temps, ce n'est pas le froid ni le gris ni la pluie. C'est sans doute la mémoire qui chaque année s'évanouit un peu. C'est sans doute la mémoire qui chaque année s'adoucit puis s'éloigne.
La formule de l'écriture, formule magique ou formule scientifique c'est, comme le dit Barthes, ce qui dénoue celui qui veut écrire. Il ne s'agit pas pour écrire d'avoir des idées d'histoire ni même quelque chose à écrire mais bien d'avoir des idées de forme. L'écriture est d'abord une œuvre plastique.
Et je me promène sans toi et sans mon souvenir.
Et je me promène calme adouci dans le froid.
Et je me promène.






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Pour l'heure, et pour le jour entier, je m'appliquerai à regarder sans écrire, à regarder en repoussant le langage, à regarder la mer sans couleur. ... pour dire la vie, sans même parfois une émotion, seulement la vie. ... je dis presque n'importe quoi mais rien qui puisse nuire intentionnellement.

Je doute. ... tout un langage qui ne se fait pas. ... dans d'autres circonstances. Je t'apporte des fleurs et toutes les chansons disent qu'elles sont périssables.