Diégèse  lundi 15 novembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3972 jours et son auteur est en vie depuis 18425 jours (52 x 11 x 67 jours)
2010

ce qui représente 21,5577% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 5 janvier 1980
"Beaucoup des écrivains passés se sont "couverts"
si l'on peut dire, d'une philosophie de leur œuvre."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens qu'il y a des personnages et que ces personnages, dans leur vie de personnages, voyagent et ont aimé. C'est à peu près tout ce que l'on peut savoir de ces personnages. On connaît leur itinéraire. On connaît leur déception amoureuse. On connaît leur nom. Et puis, pour le reste, il s'agit d'écriture.
"Se couvrir d'une philosophie de leur œuvre" dit Barthes... J'entends ici le verbe "couvrir" comme on l'utilise dans les séries télévisées policières. Ainsi, je comprends que l'écrivain travaille toujours "sous couverture" et que, dans certains cas, sa "couverture" est son statut même d'écrivain. Écrire, ce serait toujours faire autre chose que ce que commanderait la bienséance, et parfois même le bon sens. C'est une pratique profondément asociale. Alors il faut bien un peu de mise en scène pour la faire admettre dans le monde et cette mise en scène, c'est parfois la publication.
Je regarde le paysage, qui est aussi le temps qui passe, liés, intimement liés, plus encore que mon esprit et cet amour.





2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
La production aurait-elle imposé un autre auteur que moi ? Mais on peut continuer à voyager...
Et pourtant les personnages accélèrent. Chez quelques-uns pourtant, demeure l'inquiétude sincère dans le regard... Et bien que ce soit au corps dans sa totalité que l'esprit dans sa totalité semble être uni, toutefois, si un pied, un bras ou toute autre partie du corps est arrachée, je sais que rien n'est pour autant retranché de l'esprit. (Descartes)

... je ne savais plus rien de toi et c'est dans le soir que tu trouvais la chance d'autres rêves. ... et dans la nuit aussi car c'est encore la nuit.