Diégèse  dimanche 3 octobre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3929 jours et son auteur est en vie depuis 18382 jours (2 x 7 x 13 x 101 jours)
2010

ce qui représente 21,3742% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 15 décembre 1979
"Donc on peut faire une œuvre avec la velléité,
mais c'est un cas tout de même très sophistiqué."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
La mort de l'auteur est un thème barthésien. Barthes, comme l'enseigne Antoine Compagnon, est même "le théorisateur" de la mort de l'auteur. Je suis certainement un esprit plus systématique que Barthes, et cette systématique m'a conduit, déjà, vers de nombreuses erreurs. Cependant, s'il existe un auteur mort, il peut aussi exister un auteur qui n'est pas mort, un auteur immortel, c'est à dire, d'un point de vue critique, un texte qui ne fonctionne, qui ne puisse fonctionner sans son auteur, un texte qui soit indissociable de son auteur. Dans le monde religieux, c'est le Coran, par exemple, dont le texte, pour les Croyants, est incréé. Dans le monde de la littérature, c'est le texte que l'on écrit soi-même et qui pour soi-même ne parviendra vraiment jamais totalement à quitter son auteur.
"L'œuvre très sophistiquée" faite de velléités qu'annonce Barthes, c'est aussi Diégèse. Cette écriture quotidienne, tâcheronne, obsessionnelle, est pourtant une velléité tous les jours renouvelée, une écriture avortée, l'écriture d'un texte long, d'un texte plus long, qui devrait venir des fragments, qui pourrait venir des fragments, plus tard, autrement, un jour, jamais.
Je ne sais pas me souvenir de ta main sur mon bras. Je ne sais pas me souvenir de ta peau. Je ne sais pas me souvenir de l'odeur de ta peau. Je ne sais pas me souvenir de ton corps. Je ne sais qu'écrire ces souvenirs que je n'ai pas vraiment.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je crois ainsi que ce sont les disparitions de l'auteur, mises en abyme, qui ont conduit les personnages à devoir se poser la question de l'existence d'un dieu qui serait littéralement l'auteur qui ne disparaît pas.
Hier l'histoire était défaite, était supposée telle, était supposée tellement défaite que les personnages pouvaient s'évanouir dans l'absence de fiction. L'éclipse de 2027 sera visible de France, sera visible des Pyrénées. Je ne sais pas de quoi, par nature, je suis constitué, sinon de manque.
... sans jalousie, sans détresse, juste pour tomber. Le soir, déjà, je ne penserai qu'à toi... C'est toujours la même histoire.