Diégèse  mardi 5 octobre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3931 jours et son auteur est en vie depuis 18384 jours (24 x 3 x 383 jours)
2010

ce qui représente 21,3827% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 15 décembre 1979
"Donc il va s'agir d'un récit, qui sera le récit d'une délibération."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens la tension autobiographique. Quand je lis la fiction hypertextuelle formée par les écrits de toutes les années précédentes, je lis ce que j'ai écrit et je suis bien le seul à lire cela dans ce mode-là. La tension autobiographique ne tient pas à ce qu'il y aurait des traces de "ma vie" dans cette écriture. Il ne s'agit pas d'un récit autobiographique. Elle tient seulement à ce que c'est moi qui écris et que je ne peux l'oublier quand je lis. Parfois, cependant, cette "autolecture" est déjouée. Je lis ainsi que j'ai écrit en 2002 : "Tu me fais Ankara, par défaut, par manque, au plus loin." Soudain, je ne sais plus qui a écrit cela. La phrase est frappée d'étrangeté. Elle en devient précieuse et je deviens nostalgique, non de ce qu'elle se souviendrait, non parce qu'elle serait la trace d'un moment passé mais bien parce qu'elle s'approche de l'écriture de moi comme autre, vraiment. Barthes annonce "le récit d'une délibération". Il ne s'agit pas alors pour lui de délibérer sur l'écriture de ceci ou de cela, ni même de préparer ou de ne pas préparer un roman comme l'intitulé de son cours au Collège de France l'évoque (la Préparation du roman) mais bien de délibérer sur le fait d'écrire ou de ne pas écrire. Doutant du désir, il doute de l'écriture comme expression d'un désir congruent à l'écriture; Le "Non vouloir saisir" de la fin des Fragments d'un discours amoureux devrait conduire celui qui écrit, par recherche de la sagesse, à ne pas écrire. A contrario, tant que j'écris, je désire et le seul fait que j'écrive m'inscrit dans le désir. Donc j'écris.
Et si je me rappelle les villes de Turquie, je me rappelle Antioche, mais alors je ne me rappelle rien de la ville ; cette maison vide, cette chambre improvisée et mon inquiétude avant le manque, au plus loin.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Nous n'étions dès lors pas maîtres de notre fiction. ... rien d'autre que le souvenir vrillé.
Les personnages se taisent dans le noir puis ne se taisent plus et cela montre bien et cela montre très clairement que c'est le noir qui est important et que ce n'est pas la parole mais bien l'obscurité dans laquelle le texte a plongé les personnages.
Et la nature trompe aussi, elle ne fait pas que dissuader...
Tu me fais Ankara, par défaut, par manque, au plus loin. Quand je regarde la Seine, de biais, sur les voies encore encombrées malgré la nuit, je rêve de promenades avec toi et imagine ta vie douce, sans moi. Le calme s'installe tendrement entre moi et la vie...