Diégèse  lundi 11 octobre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3937 jours et son auteur est en vie depuis 18390 jours (2 x 3 x 5 x 613 jours)
2010

ce qui représente 21,4084% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 15 décembre 1979
"C'était au contraire pour indiquer par ce geste que je vivais
une sorte de point zéro du désir et que tout était en moi aussi étale que le paysage."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Les figures de ces textes de fragments, par leur protocole même de production quotidienne, sont sensibles aux saisons. Ainsi, l'automne est propice à la venue de la figure de l'attente qui prend pour prétexte la figure plus spécifique de l'attente amoureuse. Mais ce n'est qu'un prétexte car le texte n'attend rien et les personnages n'attendent rien. Quant à l'auteur, il attend seulement que la production des fragments ne cesse pas et que les saisons du texte continuent de succéder aux saisons du texte.
Quel serait alors le "point zéro du désir" évoqué par Barthes, contigu au "Non vouloir saisir" analysé dans Fragments d'un discours amoureux. C'est le point où l'on n'attend plus. Mais quel est ce point zéro du désir comme point du non attendre ? C'est celui, qui survient parfois, où l'on cesse d'attendre la mort, comme manque absolu, comme manque ontologique. On peut tout aussi bien le nommer "grâce". Divers noms peuvent lui être donnés. Comblement, il rejoint la dimension mystique de l'être, et en cela il est amour.
Et si tu venais vers moi, je ne suis pas certain de te reconnaître. Il suffirait de peu, d'une averse sur la ville, d'un chemin perdu, d'un rire appuyé et tu passerais et je passerais étrangers à jamais à la rencontre.



2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Puis ce sera vraiment l'hiver. Mais c'est énervant d'attendre.
C'est assez rassurant de penser et de constater que je peux renoncer au fantasme de diriger les personnages.
De plus, je trouve en moi des facultés de penser selon certaines modalités spéciales...
...attendre ta voix dans un lamento discontinu baroque...
Je sors marcher sous la pluie, je fais semblant de t'appeler, de m'entretenir avec toi de rendez-vous, de sourires et de caresses.