Diégèse  dimanche 17 octobre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3943 jours et son auteur est en vie depuis 18396 jours ( 22 x 32 x 7 x 73 jours)
2010

ce qui représente 21,4340% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 15 décembre 1979
"Car en effet paradoxalement, cet orgueil de l'écrivain peut être, si je puis dire, modeste."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je pourrais ne retenir parfois qu'une préciosité stylistique que j'avais oubliée et que j'oublierai encore certainement mais qui, au moment d'écrire, me semble soudain indispensable, comme contenant la quintessence modeste de l'écriture, de l'écrire, du désir d'écrire. Et je remarque qu'à chaque fois, il s'agit d'une tournure qui peut passer pour une maladresse, qu'il s'agit d'une phrase dont on pourrait considérer qu'elle est fautive. Ce qui m'arrête aujourd'hui, que j'aime et que je considère, c'est le "et" dans " Comment vas-tu si loin de moi et dans le sable du désert".
Ce qui, avec Barthes, peut être modeste dans l'orgueil de l'écrivain, c'est la forme, c'est la quantité. Je peux ainsi être fier d'un mot, voire, dans le poème, d'une respiration, de cette suspension.
Et je cesse de t'imaginer et je ressens soudain cette idée de toi, celle qui vient parfois se poser près de moi, un peu.








2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je suis en Grèce et je suis seul. Rien n'est jamais conséquent de rien.
Est-ce que les personnages se souviennent ? Il y a dans la mémoire des peuples des caches sombres, dans la mémoire de tous les peuples et dans celle de toutes les nations.

Je descends les quelques kilomètres qui vont à la mer. Je te vois, avant de te voir... Comment vas-tu si loin de moi et dans le sable du désert ?