Diégèse  mercredi 20 octobre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3946 jours et son auteur est en vie depuis 18399 jours (3 x 6133 jours)
2010

ce qui représente 21,4468% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 15 décembre 1979
"Ce faire valoir de l'écriture est intimement pénétré d'un sentiment déceptif,
d'un sentiment de perte de valeur."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Cependant, je ne suis pas un personnage même si j'en ai quelques caractéristiques. Ce qui me fait ressembler à un personnage, c'est le sommeil. Dans le sommeil, je suis un personnage dans un livre fermé.
Quel est ce sentiment de perte de valeur qui accompagne le "faire valoir" de l'écriture ? Barthes dit que, quoi que l'on écrive, on n'est jamais aimé pour ce que l'on écrit. Ce sentiment de perte de valeur, cet à quoi bon de l'écriture se résumerait donc dans la formule lacanienne : "Et l'amour ?"
Et puis je m'endors et dans le sommeil, je ne te retrouve pas.








2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Pourtant, je me souviens alors même que je ne me souviens pas. Il n'y a aucune place au dehors du texte pour des personnages.
Les personnages se souviennent de leur texte, de leur texte comme texte, comme étant un texte qu'il s'agit de se rappeler pour le jouer, pour pouvoir le jouer.


Je ne savais plus encore vraiment ce que je devais faire. Je voudrais disparaître, m'éloigner au si loin que tu n'aurais jamais su que j'existe. ... dans le soir, je m'essouffle à poursuivre notre amour qui se termine là, posé, sans rien dire.