Diégèse  mardi 26 octobre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3952 jours et son auteur est en vie depuis 18405 jours (32 x 5 x 409 jours)
2010

ce qui représente 21,4724% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 5 janvier 1980
"Eh bien je reprends donc le cours."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Pourquoi faut-il que les personnages se sentent beaucoup plus seuls aujourd'hui qu'hier et, les années précédentes, ce jour-là plus que le jour précédent ? Cela tient sans doute au protocole d'écriture qui sédimente jour par jour chaque année sur chaque année. Il aura suffi d'une contrariété de l'auteur le 26 octobre 2000, même légère, pour que celle-ci "passe" dans l'écriture et que depuis cette date, se diffuse une certaine tristesse de 26 octobre en 26 octobre jusqu'au jour d'aujourd'hui, puisque nous sommes le 26 octobre.
Cependant, le mouvement de tristesse engagé alors ne s'est pas amplifié avec les années. Il est contenu dans cette enveloppe automnale un peu douce, un peu atténuée. Il serait même possible de l'atténuer encore comme on baisse une lampe. Mais il demeurera car étant il ne saurait ne pas être.
Samedi 5 janvier 1980. Samedi 12 janvier 1980. Samedi 19 janvier 1980. Samedi 26 janvier 1980.  Samedi 2 février 1980. Samedi 9 février 1980. Samedi 16 février 1980.
Il n'y aura pas de cours le samedi 25 février 1980. Le cours manquant ne sera jamais rattrapé.
Je peux imaginer que l'auditoire, ce même auditoire qui tousse pendant les cours de Monsieur Barthes, qui rit à ses traits d'humour dans le bonheur de la connivence, je peux imaginer sans crainte de me tromper beaucoup que cet auditoire était présent au Collège de France le samedi 25 février 1980 et attendait l'arrivée de Monsieur Barthes pour le dernier cours de la série. Je suis dans le temps qui passe un peu comme ces personnes qui attendent dans la salle du Collège de France que Barthes vienne. Il est impensable que Barthes ne vienne pas et pourtant il ne viendra pas. Il est impensable qu'il lui soit arrivé quelque chose d'aussi trivial que d'être renversé par une automobile. Et il aura été renversé par une automobile. Ainsi, ne croire que ce qui est vraisemblable et ne jamais croire l'invraisemblable est une pratique nécessaire pour assurer une certaine tranquillité d'esprit mais est inopérant dans les faits car le samedi 25 février 1980, Barthes ne viendra pas au Collège de France.
Et je cache ces images et je les cache encore.
Elles ne me font plus rien sinon qu'elles maintiennent, qu'elles décident, qu'elles observent le penché de ma tête quand il m'arrive comme il m'arrive encore de penser à toi comme chaque jour je dois penser à toi.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... et je suis devenu l'ami de tous puisque je ne suis plus l'amant. Je n'ai rien ressenti.
Comment cela pourrait-il se passer autrement ?
Quels sont les corps que je dois fuir ?
... amusé rajeuni au soleil blanc d'Athènes. Je pense à tes yeux, à rien d'autre mais avec eux ta démarche, qui vaque, qui déambule et soudain, je peux entendre ta voix, et son timbre, et sans hésitation. ... je peux enfin pleurer sur ce qui fait que je suis seul ce soir, dans la tendresse excessive de cette solitude.