Diégèse  dimanche 31 octobre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3957 jours et son auteur est en vie depuis 18410 jours (2 x 5 x 7 x 263 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 5 janvier 1980
"La forme est évidemment ici très proche de la formule.comme
la formule d'un médicament, la formule d'une construction,
la formule d'une opération magique.


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens qu'écrire, c'est avant tout vouloir lutter contre cette propriété du corps que rappelle aujourd'hui Descartes, qui est "de tendre vers le bas". Ainsi, l'écriture est ce train "qui remonte vers toi" et qui ne trouve jamais, imparfaitement encore, que le souvenir de toi qui, passant par l'écriture; passant dans l'écriture peut parfois montrer l'émotion et la montrant, la susciter. Car l'autre propriété que l'écriture met en jeu, c'est celle qui énonce que l'écrivain et le lecteur sont semblables, sont leurs semblables.
Imaginer avec Barthes une forme littéraire analogue à une formule chimique, la formule du médicament qui est aussi formule d'une opération magique, c'est imaginer une littérature "à contraintes", c'est rejoindre l'OuLiPo. C'est potentiellement et littérairement rejoindre l'Ouvroir de Littérature Potentielle. Et que disent les OuLiPiens d'un auteur OuLiPien ?
C'est "un rat qui construit lui-même le labyrinthe dont il se propose de sortir". Je n'ai cependant aucune idée ni aucune envie de sortir du labyrinthe que je ne construis moi même que partiellement. Les contraintes que je me donne ne viennent jamais que s'ajouter au lit de contraintes que je n'ai pas choisies. 
Et de la nuit vient la nuit, mille et une fois penchée sur ton souffle de nuit, lancée vers toi, alanguie par le temps.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je me promène sans rien savoir de la promenade... Il est préférable d'avoir des souvenirs.
C'est un ailleurs disponible, indéfiniment disponible, immensément disponible.
... bien des choses aussi qui concernent le seul corps, comme sa propriété de tendre vers le bas et choses semblables... (Descartes)
... un train qui remonterait vers toi, l'idée de toi, à Paris, jalousement. .. un peu plus de corps, un peu plus de toi sans toi ? Dans la rue parfois, ton absence revient, mais elle s'épuise à ton absence.