Diégèse  samedi 4 septembre 2010 Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3900 jours et son auteur est en vie depuis 18353 jours (18353 = nombre premier) 2010

ce qui représente 21,2499% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 8 décembre 1979
"C'est à dire qu'il n'est narratif, ni argumentatif,
ni même "poétique" entre guillemets.
C'est une sorte de n'importe quoi, aux yeux du lecteur
et d'où la tension au niveau de la publiabilité et le fait que
 la plupart de ces textes ne trouvent pas d'éditeur."


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
Écrire la rencontre, qui est écrire le souvenir de la rencontre, ce serait commencer le récit par la fin, par la chute, et cette écriture ne serait alors que le long commentaire de la chute du récit. Je ne raconte donc pas la rencontre, ni pratiquement, ni théoriquement. Je n'écris pas la rencontre. Ce que j'écris est la rencontre. Le type de texte que décrit Barthes, issu de la manie d'écrire, "l'écrire absolu", "l'écrire sans objet", cette "diathèse intestine" telle qu'il la définit, trouverait donc son point de tension dans la rapport à l'édition. Plus de trente ans plus tard, alors qu'il est désormais possible de publier sans éditeur, il n'y a cependant ni plus ni moins de ce type d'écrits. Il n'y a jamais eu autant de romans, autant de livres, le numérique rendant l'édition papier moins chère et moins complexe. Il y aurait donc un écrit commercial, qui serait le livre, et des formes d'écriture non commerciales, qui ne seraient pas des livres et qui seraient sans supports, sans aucun lien avec aucun support. Ce seraient les écrits du vide, les écrits de l'absurdité ontologique de l'écriture. En ton absence, je vieillirai, quand tu ne vieilliras pas. En ton absence je changerai, quand tu ne changeras pas.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
L'autre est-il autre chose que le souvenir de l'autre et la rencontre de l'autre est-elle autre chose que la lente élaboration du souvenir de cet autre ? Il n'y a pas de commentaires à notre histoire car ce qui fait le commentaire, d'ordinaire, c'est la chute.


... au parcours de la vie et des émotions.
... sans même le projet d'écrire, de lire, de lier en trois mots une conversation d'alcool. ... rendu fidèle par la douleur, vivant sans hâte des déchéances imaginaires, mystérieux comme les morts, disparus. Je voudrais encore être devant la mer, dans la baie, quand la marée qui descend laisse voir la boue ciselée et grise.