Diégèse  dimanche 5 septembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3901 jours et son auteur est en vie depuis 18354 jours (2 x 3 x 7 x 19 x 23 jours)
2010

ce qui représente 21,2542% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 8 décembre 1979
"C'est à dire que l'objet écrit devient alors absolument inclassable, irrepérable
et pour ainsi dire innommable. Pour le meilleur et pour le pire, c'est un texte."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que ce qui est écrit n'a rien à voir avec la réalité. Je retiens que l'écriture des souvenirs n'a rien à voir avec les souvenirs qui n'ont rien à voir avec la réalité. J'écris parce que je ne me souviens pas. J'écris parce que je n'ai pas accès à la réalité.
J'écris. J'écris donc un texte. Mais le texte n'est pas pour autant un objet d'écriture. C'est cela la diathèse intestine telle que la définit Barthes, de ce texte innommable.
En ton absence, je me souviendrai de toi, sans me souvenir de toi.







2009
2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je ne peux pas savoir à quoi j'attachais mon regard quand j'avais encore des souvenirs. Sans image, ou à peine et sans bruit aucun.
On ne sait rien de cette réalité-là, on ne sait ni la montrer, ni la commenter.
Pourquoi démontrer ce que l'on peut prendre comme axiome opératoire, voire poétique ?
Il en est sans doute ainsi de ces amitiés parallèles, à distance, qui laissent peu de place au corps et donnent tout à la voix, aux silences. Je ne me souviendrai plus de ton nom, un soir... C'est presque comme un soir d'été.