Diégèse  lundi 6 septembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3902 jours et son auteur est en vie depuis 18355 jours (5 x 3671 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 8 décembre 1979
"Et on  voit
comment déjà ici, l'objet, l'objet de l'écrire,
est fractionné au profit
disons d'une moire d'énergie d'écriture."


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
Je retiens que les bornes marquent l'espace et que, marquant l'espace, elles marquent aussi le temps. L'accélération continue du temps de l'homme modifie les bornes de l'espace. Ainsi, cette borne qui marquait un kilomètre, a successivement marqué une bonne dizaine de minutes, quelques dizaines de secondes puis plus rien, avant de disparaître.
La moire, c'est un effet de trame, un effet d'optique, obtenu par un patient tissage. J'écris des fragments, je ne peux pas prédire l'effet de lecture que l'ensemble aura peut-être.
En ton absence, je ne te reconnaîtrai pas.





2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je pense aux bornes du bord des routes, abîmées, griffées, aux couleurs passées, et qui n'indiquent plus vraiment le nombre de kilomètres parcourus, le nombre de kilomètres à parcourir. Est-ce que le corps existe vraiment en tant que corps ?
Le texte laisse des matériaux tous les éléments, la plupart, les éléments qui pourraient être sensibles, qui pourraient être de l'ordre de la sensibilité. ... le temps provisoire et permanent où le temps qu'il fait prend souvent, prend le plus souvent le pas, prend la prééminence sur le temps qui passe, prend le pas sur le temps, sur les temps, sur les événements du temps, et même sur l'époque, sur le temps de l'époque.

... que la route soit un rêve...
Dérisoires, les chemins de promenade le long du Tigre, dans la touffeur de la ville qui attend la guerre.