Diégèse  lundi 20 septembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3916 jours et son auteur est en vie depuis 18369 jours (32 x 13 x 157 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 15 décembre 1979
"Trois épreuves : premièrement le doute, deuxièmement la patience,
troisièmement la séparation, la sécession."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Ce "signifiant incongru qui ne disait rien qui vaille", c'était, en 2000, le mot "trompe", qui depuis, qui au cours des ans, a perdu ses maléfices et ses tourments, puisque les corps donnés ne reviennent pas, ne reviennent jamais, ne reviendront pas, ces corps qui s'étaient donnés et avec eux la fiction de la passion amoureuse, son récit et ses incidents narratifs sous forme de ruptures, d'adultères, de coucheries.
"Trois épreuves" dit Barthes, comme les trois épreuves du héros dans le récit prototypique. Mais à l'épreuve de la séparation Barthes, à voix basse, avec une gravité qui s'excuse, ajoute la sécession. Ce serait quoi, dans l'histoire, dans le récit, faire sécession ? Ce seraient des personnages qui renonceraient, qui renonceraient vraiment à être des personnages.
En ton absence, je m'éloignerai ou je me rapprocherai, sans le savoir, sans savoir, comme dans le jeu qui veut que l'on brule ou que l'on refroidisse. En ton absence, ce serait sans fin.




2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'est une petite musique d'attente, un interlude. Rien n'est démontrable, ni la douleur, ni l'automne.
... ils cherchent vraiment ce à quoi, comme personnages, ils peuvent servir, ils peuvent bien servir au texte.


Le cocktail un peu guindé épuise le début d'après-midi. ... et c'est sans doute le signifiant qui primait alors sur ce signifié incongru, qui ne disait rien qui vaille... ... je pensais à ces corps que je m'étais donnés, qui s'étaient donnés, je pensais que cela ne reviendrait pas.