Diégèse  samedi 25 septembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3921 jours et son auteur est en vie depuis 18374 jours (2 x 9187 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 15 décembre 1979
"Vous savez que je - j.e. - est le pronom de l'imaginaire, proche du moi idéal.
On peut dire que chaque fois qu'on dit "je", on est dans l'imaginaire."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Si, écrivant sans objet, je suis livré à une tendance, à "l'écriture comme tendance" définie par Barthes, comment reconnaître qu'il s'agit bien d'une tendance ? Par l'inachèvement. C'est bien l'inachèvement qui désigne la manie d'écrire. Cependant, cet inachèvement est fantasmatique et imaginaire car, même comme tendance, même comme manie, l'écriture porte en elle-même sa propre fin.
Si, selon Barthes, le pronom "je" est le pronom de l'imaginaire, que désignent les autres pronoms ? "Tu" est le pronom de l'amour, mais seulement dans l'écriture. Si j'écris "tu", j'écris "je t'aime". Alors, dans l'économie amoureuse du texte, "il" et "elle" sont les pronoms du malheur amoureux, pronoms de la séparation, du manque.
En ton absence je récite tous tes noms et je les place dans le paysage qui change. En ton absence, cette récitation n'a pas de fin.
 

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Mais la poésie exige des filets de protection...
Les personnages ont donc des corps puisqu'ils peuvent parler du corps des autres personnages, puisque chaque personnage peut parler du corps de chaque autre personnage. Comment reconnaître une tendance


Le texte encore une fois prophétise des événements que je ne connais pas...