Diégèse  jeudi 30 septembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3926 jours et son auteur est en vie depuis 18379 jours (7 x 2677 jours)
2010

ce qui représente 21,3613% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 15 décembre 1979
"Je vaux plus que ce que j'écris."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que du passé parfois viennent des figures qui presque pourraient s'incarner mais qui reviennent pour cela trop vite à leur état de personnage de l'ombre.
Le "je vaux plus que ce que j'écris" de Barthes, dénonce en fait l'impossibilité d'être entièrement ce que j'écris. Le "je" déborde toujours un peu et débordera dans un imaginaire non écrit, dans l'inconscient. Par mon inconscient, je suis plus que ce que j'écris. Et qu'est-ce que tout cela vaut ? Et qu'est-ce que tout cela me vaut ?
En ton absence je me rappellerai une ou deux caresses et je me rappellerai l'idée d'une ou deux caresses, en ton absence, je te caresserai.






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... il n'y a pas plus de raison particulière à ton absence... Le plaisir est une scène de crime. ... c'est le temps qui manque et qui manquerait à l'auteur parce que le temps ne manque pas aux personnages, à qui tout le temps est donné...
Que peut-il y avoir de moins intime que le plaisir ?
La route continuera demain avec des couleurs nouvelles. ... quelques corps que je ne rencontrais plus...  Nous avons bu et nous nous sommes embrassés, avant que je ne parte dans les rues de la ville désormais étrangère et que je rejoigne l'appartement de solitude sans tristesse.