Diégèse  vendredi 8 avril 2011



ce travail est commencé depuis 4116 jours et son auteur est en vie depuis 18569 jours (31 x 599 jours)
2011




hier
L'atelier du texte demain




Il n'y a point de déguisement qui puisse longtemps cacher l'amour où il est, ni le feindre où il n'est pas.
François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Noëmie
Je ne me souviens plus de notre retour précipité à Paris. Tu voulais partir en Inde. Ce serait donc ainsi. Je dormais sans toi désormais, occupé ailleurs. Moi, je ramassais les étoiles.




Qu'est-ce qui dans ce film pourrait susciter chez le spectateur un acte d'achat ?
S'agit-il d'ailleurs d'un spectateur ou d'une spectatrice ?
Certainement les deux.
Le spectateur mâle, frappé du ridicule de ce jeune homme et de ses micro saucisses, adhère à la correction qui lui est infligée par son chien, assumant ainsi un double cynisme. L'important est qu'il soit rassuré sur la qualité de sa propre saucisse. C'est d'ailleurs bien à cet endroit que le chien attaque le personnage.
La spectatrice est embarrassée par cette histoire de saucisses et de chien. Elle trouve le garçon en bien fâcheuse posture, qui ne lui laisserait d'autre choix que de prendre la place du chien pour continuer ce plan fessée. Elle renonce à la saucisse.
Mais quelle est l'argument publicitaire ? Les micro saucisses, micro pour micro ondes, ne sont pas des micro saucisses, micro pour petit. Le film joue donc en permanence avec la taille des saucisses, celles que l'on voit, qui ne seront d'ailleurs mangées par personne, et celle que l'on ne voit pas, que le chien a mangée...
Quelle est la morale de l'histoire ?
On ne propose pas de micro saucisse à une fille. Ou alors, c'est la fessée...

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Combien de personnes sont-elles véritablement mues par le désir de comprendre et l'espoir d'être convaincues ? On sait combien de temps ?
... parce que tu crois qu'il y a des spectateurs...














2010









Je suscite le souvenir de ta peau.