Diégèse  vendredi 16 décembre 2011


ce travail est commencé depuis 4368 jours et son auteur est en vie depuis 18821 jours (11 x 29 x 59 jours)
2011

ce qui représente 23,2081% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Gustav
On ne peut pas prédire le vent et pourtant il y a du vent. On ne peut pas prédire la mort et pourtant il y a la mort. On ne peut pas prédire le souvenir et pourtant il n'y a pas de souvenir.




Mais qui chante ?
V. V. Brown.
C'est quelle chanson ?
Leave
Et ça veut dire quoi ?
"Fous le camp".
Et pourquoi ?
La chanson parle de mensonges, de tromperies et s'adresse à celle ou à celui qui écoute en disant qu'il ou qu'elle est stupide et qu'il ou qu'elle n'a qu'une chose à faire : foutre le camp.
C'est bien ce qui me semblait.

Et c'est ainsi que les paroles de la chanson, qui s'adressent sans doute à cette jeune femme qui ne change jamais sa robe jaune, semblent bien être un contrepoint ironique sinon dévastateur de cette vie en boite que propose la banque, avec l'assurance et l'alarme intégrées. Car si l'on en croit les paroles, la dame à la petite robe jaune a acheté une maison pourrie avec un salaud, sans doute grâce à une banque véreuse. Elle n'a qu'une chose à faire : s'échapper de la vie bien rangée qu'on lui promet.

C'est curieux comme publicité pour une banque... C'est que c'est une reprise du clip original de cette chanson. Mais ce n'en est pas moins curieux. Car ce que l'on en retient, si l'on comprend un peu l'anglais, c'est que cette publicité est un mensonge et qu'il faut se tirer... de sa banque, sans aucun doute.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je regardais le vent... Il y a en outre cette différence entre le souvenir et l'impression du souvenir.
Les personnages ne chantent plus.
La réfutation est un exercice amusant, quoi qu'il en soit et de tous temps...


Comment le faire savoir ?









2010









Les métaphores sont à désespérer de la littérature.