Diégèse  mercredi 21 décembre 2011


ce travail est commencé depuis 4373 jours et son auteur est en vie depuis 18826 jours (2 x 9413 jours)
2011

ce qui représente 23,2285% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Gustav
Mon enfermement ne s'estompe que rarement et seulement par déport. Soudain, je suis ailleurs, saute d'humeur, saute de temps et je reviens là dans ce nulle part de l'absence.




"Parisien, tête de chien". La chose est entendue depuis des générations. La province déteste Paris, qui le lui rend bien. La banlieue déteste Paris et le Parisien. La chose est entendue aussi. L'astuce ici est que le film ne s'adresse cependant pas à la province mais bien aux parisiens et banlieusards confondus dans la lecture du même journal...
Mais où se passe la scène ? Il n'est pas si certain que ce soit à Paris. Les immeubles ? Les centres anciens des grosses communes autour de Paris connaissent le même tissu faubourien. L'immeuble derrière le feu rouge qui passe au vert n'est pas non plus franchement haussmanien. Le café devant lequel le petit cadre énervé cale n'est pas non plus typiquement parisien. Et c'est alors que l'on remarque la plaque d'immatriculation du "blaireau", qui indique 92, Hauts-de-Seine. Ce n'est pas Paris. Le Parsien n'est donc pas parisien mais de proche banlieue.
C'est bien que le journal pour lequel il est fait publicité ici est tout autant le journal de la banlieue sinon davantage. La transgression apparente était de s'adresser aux Parisiens en les montrant comme des abrutis. Elle n'est ici qu'apparente si l'on montre un banlieusard. Mais le pari était aussi que pour le spectateur, l'abruti, c'est toujours l'autre. Mais l'autre, ici, c'est qui ? Il y aurait à craindre pour l'annonceur que ce soit aussi le lecteur..
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'est aujourd'hui le vieux mythe païen de l'hiver... Je voulais arrêter mais vous ne voulez pas.
Je ne sais pas comment je serai quand je vais sortir, quand je vais sortir de là...




Je pourrais pleurer aussi.









2010