Diégèse  mercredi 2 février 2011



ce travail est commencé depuis 4051 jours et son auteur est en vie depuis 18504 jours (23 x 32 x 257 jours)
2011




hier
L'atelier du texte demain




Le ridicule déshonore plus que le déshonneur.
François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Noëmie
Je me souviens que nous étions ce jour-là en Italie à Pavie et que ton sourire conjurait ce que murmurait le nom de la ville, car nous vivions de ce présent qui filait en passé, de ce présent qui se défile.





Il s'agirait ici de construire un film à partir d'une phrase dans une sorte d'expansion sémantique à rebours. La phrase apparaît à la fin du film, qu'elle conduit, et même davantage, dont elle est le destin : un agent Transilien SNCF chez vous. Cet agent métonymique, c'est le site internet de la SNCF en Île-de-France.
Ainsi, la destination finale du film, qui est cette phrase, corrompt le film entier. Tout tombe à plat, l'humour, l'absurde, la dérision et le spectateur est presque gêné, embarrassé par ces personnages hors situation.
L'idée est déplaisante : un contrôleur à la sortie des toilettes. Que boit-il ? Du chocolat.
L'idée est déplaisante : un contrôleur suit votre fils adolescent aux toilettes et le regarde "d'un drôle d'air". Il a le visage curieusement poudré. Et votre fils est lui outrageusement maquillé.
La voix du contrôleur est déplaisante aussi, et le ton, et la pause.
Dès lors, qui pourrait avoir envie d'avoir un agent Transilien chez soi ? Personne, à l'évidence mais c'est que l'on n'a pas le choix. Travail, école, horaires... prendre le Transilien, qui est le nom de publicité pour "train de banlieue", c'est habiter ou travailler en banlieue et se déplacer par obligation. Ainsi, Transilien signifie aliénation. Et c'est bien ici, par une sorte de retour en force du réel refoulé, une forme d'aliénation par les horaires qui est mise en scène. C'est à se demander même si l'Agent en question est encore humain. "Les Transiliens - Aliens" sont parmi nous dit le film, qui se cale sur le burlesque de science-fiction et demeure curieusement suspendu, sans donner de réponse à la question posée. Le spectateur ne saura pas s'il reste du chocolat et attend donc la chute, qui viendrait d'une autre publicité, qui, elle, ferait voyager ou qui donnerait une bonne claque aux mauvaises odeurs.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Peut-être n'est-ce plus ce que je pense maintenant ? Mais il serait vain d'essayer de deviner l'effet que ce signifiant pourra bien avoir sur eux.
Tu peux imaginer ce que j'en pense.



Après la rivière, après la poussière, tu sais, il y a ce paysage de conquêtes...









2010









"Je prends le risque d'annoncer le roman que je veux faire parce que je considère, à tort ou à raison, mais je le considère sincèrement, que je n'ai plus rien à perdre."
Roland Barthes - Collège de France - séance du 16 décembre 1978