Diégèse  jeudi 13 janvier 2011



ce travail est commencé depuis 4031 jours et son auteur est en vie depuis 18484 jours (22 x 4621 jours)
2011




hier
L'atelier du texte demain




L'amour prête son nom à un nombre infini de commerces qu'on lui attribue, et où il n'a non plus de part que le Doge à ce qui se fait à Venise.
François de La Rochefoucauld - Maximes
Ce qui s'écrit
Gustav
Je regarde la frontière comme une métaphore ou comme une allégorie du théâtre. Chaque côté de la frontière prend un sens différent selon que l'on parte ou que l'on revienne, selon que l'on entre ou que l'on sorte et pour celui qui regarde il n'y a que des histoires d'amour.



L'image de cette campagne pour le don du sang surexpose d'emblée au moins deux codes narratifs : histoire d'amour, publicité pour un parfum de luxe. Elle met alors en place un système complexe de dénotations qui s'articulent autour d'une chaîne à la "marabout de ficelle" : "le sang c'est la vie, la vie c'est précieux, ce qui est précieux est rare, le sang est rare, donner son sang est précieux" dont on entend assez facilement la part de sophisme. Dès lors, le système du dénoté étant surexposé, l'image ne gère pas la connotation et ne gère même pas l'ensemble du dénoté. Il y aurait certes de la facilité à remarquer que le sang est devenu ici un produit de consommation de luxe qu'il s'agirait d'offrir. Cela, l'image le gère et c'est même sa structure. Ce qu'elle gère moins, c'est le trouble qui prend à associer don du sang et histoire d'amour : "grâce à lui, je revis". Dans cette association, la femme photographiée en gros plan, les formes du cou saillantes, sans sourire, le visage dans une pause bizarrement penchée, évoque évidemment le vampire. Ayant posé sur ce visage le terme de "vampire", il devient d'ailleurs impossible de voir l'image autrement.

Et c'est bien normal car à vouloir faire le malin...
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... comme une métaphore ou comme une allégorie...

Le texte commencera vraiment quand on ne sera plus au début de l'année.














2010









Mais jusqu'où dois-je prolonger cet éloignement ?