Diégèse  dimanche 10 juillet 2011



ce travail est commencé depuis 4209 jours et son auteur est en vie depuis 18662 jours (2 x 7 x 31 x 43 jours)
2011




hier
L'atelier du texte demain




Il arrive quelquefois des accidents dans la vie, d'où il faut être un peu fou pour se bien tirer.
François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Gustav
Je me promène dans l'été dévasté. La pluie brouille le paysage et me cache les passants. Il y aurait la mer, un peu plus loin, si j'avais encore la force. Je m'arrête sous un porche. Puis je décide soudain que la scène est finie et je reprends le cours de la vie.




Ainsi, il y aurait Viktor, le masseur, le mari de Marcelka, qui ne travaille plus là, et puis aussi Oskar, sur qui l'on peut compter...

Il s'agirait d'une publicité pour la téléphonie mobile.

La scène proposée est un classique du genre. L'homme se prépare à être massé par une femme et c'est un homme, brutal de surcroit, qui arrive. Cependant, le traitement de la scène est particulier. Ce qui se dit diffère de ce qui se voit. Pourquoi ce plan fixe, têtes coupées, avec ce joli éclairage sur les fesses imberbes et comme veloutées de celui qui va se faire masser ? Quant au masseur aux bras musculeux, pourquoi est-il aussi sanglé dans son pantalon blanc sinon pour laisser deviner une virilité sans doute avantageuse ? Ainsi, si ce que disent les personnages évoque l'hétérosexualité, ce que montre le film, à l'évidence, évoque en revanche l'homosexualité.

Mais alors, quel est le message publicitaire ? Il est retourné et affirme que le client, fesses offertes, va donc passer de Viktor à Oskar... sur qui il peut compter... mais pour lui faire quoi ?
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Sans souvenirs, je vois leurs souvenirs gravés sur le visage des gens que je croise... Est-ce que les promenades peuvent parfois exténuer l'angoisse ?
... il y a donc le miroitement de la mer... Le monde extérieur.

... et l'angoisse revient, maintenant, alors que je ne sais rien.










2010









... un texte dont le noyau serait creux.