Diégèse  jeudi 9 juin 2011



ce travail est commencé depuis 4178 jours et son auteur est en vie depuis 18631 jours (31 x 601 jours)
2011




hier
L'atelier du texte demain




Il y a des folies qui se prennent comme les maladies contagieuses.
François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Daniel
Un écrivain qui fait venir un personnage, quel que soit le soin qu'il prenne à le décrire comme dans un roman du dix-neuvième siècle, ne connaîtra jamais que très peu de ce personnage. Et ce qu'il croit être le fruit de l'observation n'est jamais que le fruit du fantasme.




"Sage comme une image". C'est donc cela, cet enfant devenu sage, que la mère achèterait en faisant l'acquisition de cet appareil photo perfectionné.

Mais, selon toute évidence, elle achèterait bien davantage. Elle produirait du souvenir, à mesure que le temps, marqué par un métronome inquiétant, passera inéluctablement.

Cependant, qu'est-ce qui s'est passé à l'issue du cri sur-aigü de l'enfant perturbé ?

La mère l'a tué. C'est ce que le spectateur distrait peut conclure. D'ailleurs, en anglais, pour "prendre" une photo, on "tire" une photo, utilisant le verbe to shoot, comme pour une arme et, en outre, la marque de l'appareil est "Canon". Elle a donc tiré avec un "Canon".

Soit.

Mais est-ce bien raisonnable de susciter un fantasme d'infanticide pour vendre un appareil photo ?

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je n'ai jamais connu cette scène et pourtant j'y pense souvent.

Il n'y a plus d'images.



Je ne suis pas certain d'avoir connu l'insouciance...









2010









... il y a encore du suspense dans l'ordre du texte.