Diégèse  samedi 11 juin 2011



ce travail est commencé depuis 4180 jours et son auteur est en vie depuis 18633 jours (3 x 6211 jours)
2011




hier
L'atelier du texte demain




Les hommes et les affaires ont leur point de perspective. Il y en a qu'il faut voir de près pour en bien juger, et d'autres dont on ne juge jamais si bien que quand on en est éloigné.
François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Gustav
Je n'aimais pas les scènes où je devais jouer un passant ordinaire. C'était difficile quand tout autour de moi; les caméras, le décor et les figurants déjouaient toute forme d'ordinaire. Je pensais alors que j'étais un comédien ordinaire et la scène se passait.




La "flash mob" fonctionne en tant qu'enchâssement de plusieurs structures narratives. Il y aurait ainsi, au début, le récit filmé de l'ordinaire qui fonctionne selon son propre temps qui est un temps indéfini, un camaïeu de chronologies individuelles qui marquent l'individualité. Il s'agit donc d'abord de la figure de la foule anonyme. Ce camaïeu est soudain bouleversé par la figure de la synchronie mise en scène par la danse, qui est aussi la figure de l'extraordinaire. Puis revient le temps ordinaire. Mais à cela vient se superposer la dramaturgie particulière du film dont le montage vise principalement à extraire de l'extraordinaire dans l'ordinaire et à injecter de l'ordinaire dans l'extraordinaire synchrone, avec, par exemple, l'insertion de gros plans sur des passant qui regardent, qui photographient, qui commentent.
La sophistication de cette performance vient du fait qu'à cela s'ajoute un récit, une mise en scène d'un message qui serait celui de la solidarité, s'agissant d'une publicité pour une mutuelle de santé. Solidarité spontanée ou non de ceux qui se précipitent pour venir en aide à l'homme qui semble tomber. Solidarité périlleuse des figures chorégraphiques des danseurs de hip hop. L'ensemble formant un récit assez littéral sur la "mutualité".
Cependant, le récit peut aussi se retourner si on l'aborde par le biais du "factice" car ici, tout est factice. La statue est une fausse statue mais le performeur qui se tient immobile et à qui l'on donne des pièces est un faux performeur de rue. Le handicapé est un faux handicapé. Une vraie bonne sœur regarde perplexe de fausses bonnes sœurs qui sont de vraies danseuses. La spontanéité est une fausse spontanéité qui suppose un organisateur omnipotent. Le désordre n'est qu'apparent et l'improvisation est le fruit de longues répétitions.
Dès lors, qu'en est- il de la solidarité ? Elle est rémunérée et peut-être factice elle aussi.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Mais je me rappelle aussi la crainte instantanée à l'idée, immédiate, de la fugitivité de l'instant, de sa disparition irrémédiable.

Elle semble indiquer cependant qu'il pourrait s'agir d'un autre genre de rue que la rue de fiction... ... connaître ce qui dans la fête ressort du collectif, de la collectivité et de la solitude, dans la fête, la solitude de la fête.













2010









Et le mouvement de ton corps adoucit la rue qui s'éveille...