Diégèse  lundi 13 juin 2011



ce travail est commencé depuis 4182 jours et son auteur est en vie depuis 18635 jours (5 x 3727 jours)
2011




hier
L'atelier du texte demain




La jalousie se nourrit dans les doutes, et elle devient fureur, ou elle finit, sitôt qu'on passe du doute à la certitude.
François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Mathieu
Plus les gens me reconnaissaient dans les lieux publics pour m'avoir vu dans les journaux et à la télévision, plus j'étais fatigué. Et je ne savais pas qu'il pouvait être aussi fatigant d'être regardé.




Et the Ronettes chantaient "Be my babe"...

Si l'on en croit le slogan, le jeans serait ce qui distingue (separate) l'homme du garçon (boy) et il est assez évident que la figure du garçon est représentée par le jeune homme du pick-up et que celle de l'homme revient au pauvre type, endimanché, sans doute pour sa belle, et laissé en plan sur une route à coyotes.

Ainsi, la fable n'est pas morale et fonctionne pourtant formellement comme une fable et si la "morale" de l'histoire veut qu'il suffit d'un pantalon pour faire tourner le cœur d'une fille, que dit la fable de la fille ? Enfin, fable pour fable et mythe américain pour mythe américain, le "boy" devrait faire attention car le conducteur du cabriolet en panne, avec ses lunettes et son air gauche, ressemble cependant étrangement à Superman quand il n'est pas dans sa combinaison moulante de super héros.

Mais... celui qui garde le pantalon, dans cette histoire, c'est l'homme et le boy se retrouve en caleçon - pas très sexy d'ailleurs - avec une greluche. Ouf. On peut supposer que Superman, grâce au pantalon que l'autre lui a laissé, va pouvoir à son tour faire le coup de la panne.

Il y avait donc bien une morale à cette histoire.





2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Tout cela est d'une banalité terrible.

Vous ne me connaissez pas.




Dès le matin, la fatigue revient.









2010









Je ne sais plus qui t'aimait ainsi.