Diégèse  lundi 20 juin 2011



ce travail est commencé depuis 4189 jours et son auteur est en vie depuis 18642 jours (2 x 3 x 13 x 239 jours)
2011

ce qui représente 22,4708% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




On ne donne rien si libéralement que ses conseils.
François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Daniel
Je ne suis jamais certain, non de savoir écrire mais d'écrire.




Il faut savoir, d'abord, que Familiprix est une chaîne franchisée de "drugstores" à l'américaine, c'est à dire de pharmacies et que c'est au Québec, rien qu'au Québec, et ce, depuis la fin des années 1970. Il faut savoir aussi que la forme de la campagne publicitaire télévisée demeure la même, les films se succédant aux films et proposant chacun une saynette où intervient l'homme en blanc, comédien reconnu au Québec jouant le rôle de...

De qui ?

Et c'est cela qui, formellement, est intéressant dans cette publicité, que l'on pourrait appeler à la fois personnification et dé-personnification. Car à l'évidence, le comédien ne joue pas le rôle d'un pharmacien, omniscient, ubiquiste, qui désigne mais qui n'intervient pas mais bien le rôle d'une situation, ou plutôt d'indicateur, le plus souvent prévisible, d'une situation requérant un passage à la pharmacie. Il est ainsi l'équivalent formel du panneau montrant la marque et ne prend sa valeur sémantique que par l'effet, qui se veut comique, de son apparition. Il est l'exemple même du personnage extradiégétique puisqu'il est invisible et inaudible aux autres personnages du film.

De fait, Familiprix "offre" au consommateur québécois, presque captif, 10 secondes du comédien Sylvain Marcel, dans un marché de l'attention où il va apparaître comme une référence entièrement et uniquement locale. Il s'agit plus d'un signal d'appartenance que d'un message promotionnel.

Ce que dit ce message, c'est que l'annonceur est québécois francophone et qu'il s'adresse à des consommateurs québécois francophones.... qui, d'ailleurs, parlent ce français somme toute précieux dont on gardera ce "quoi donc que c'est que t'a" qu'il faudrait accoutumer en France et qui vaut bien un "qu'est-ce t'a" vraiment disgracieux.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Il n'y a pas de pause... J'évalue ma pensée.
... et je doutais vraiment de ma capacité à aimer...














2010









... et l'écriture devient une occupation comme une autre, presqu'un divertissement.