Diégèse samedi 7 mai 2011



ce travail est commencé depuis 4145 jours (5 x 829 jours)
et son auteur est en vie depuis 18598 jours (2 x 17 x 547 jours)
2011

ce qui représente 22,2873% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




Ce n'est pas assez d'avoir de grandes qualités ; il en faut avoir l'économie.
François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Gustav
Je peux désormais reprendre ma déambulation voyageuse sans entendre en permanence une musique d'accompagnement, musique de film qui me fatigue et m'obsède.




Le film publicitaire institutionnel peut-il s'extraire du genre publicitaire tel qu'il est marqué par une rupture intrinsèque du pacte diégétique ? Non, car, nécessairement, le micro récit mis en place renvoie à un objet extra diégétique : le produit à vendre et ici, Paris comme destination touristique.

Ce film annonce dès les premières images son intention et sa caution artistiques, en affichant le nom du réalisateur et acteur de cinéma Yvan Attal. Pour autant, cela demeure de la publicité et la forme même du film s'en trouve altérée. Le réalisateur place deux personnages, une femme étrangère et un homme français, trahi par son accent, amoureux, qui vont se séparer ou plutôt être séparés. Vient ensuite une série d'images du Paris éternel mêlées à des images d'un nouveau Paris marqué par de nouveaux bâtiments et de lieux un peu branchés. L'auteur utilise une astuce qui lui permet de jouer sur la diégèse : les personnages se filment avec leur téléphone mobile si bien que parfois, les images qui sont vues par le spectateur voudraient passer pour des images filmées par les personnages.Ce qu'elles ne sont pas car il n'y a pas de différenciation de la qualité.

Bien évidemment, le film ne marche pas. Très vite ce nouveau Paris devient le Paris de toujours avec un téléphone mobile en plus et les scènes de rues sont perçues pour ce qu'elles sont : une nomenclature touristique, un argumentaire publicitaire.

Mais surtout, en l'absence de pacte diégétique possible, on se demande soudain qui regarde et quel peut être le troisième personnage qui accompagne en permanence les deux que l'on voit à l'écran pour filmer leurs émois. Cette présente absence est marquée par l'image manquante du film, qui est à l'évidence la tour Eiffel, représentée par l'ombre de son phare qui tourne autour des personnages dans la dernière scène. Le spectateur devient alors ce surveillant voyeur, omniprésent mais invisible. Il fait partie de l'histoire sans en faire partie et dès lors, pourquoi irait-il ou irait-elle à Paris ?

Ainsi, l'intention artistique, ici esthétisante et particulièrement faible, plutôt que de masquer l'enjeu publicitaire, le souligne et le grossit... grossièrement.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Il avait perdu la mémoire de lui et celle des gens, celles des gens anciens. Il ne se passera rien.
Le rideau se lève sur la scène.
... j'expérimenterais que ma puissance y rencontrerait ses bornes.


Les badauds étaient regroupés dans les quartiers où la fête leur était vendue chère et massive.









2010









Il est possible de penser que la naissance du texte est concomitante de l'écriture, que c'est tout de suite le texte qui vient de l'écriture.