Diégèse  lundi 21 novembre 2011


ce travail est commencé depuis 4343 jours et son auteur est en vie depuis 18796 jours (22 x 37 x 127 jours)
2011




hier
L'atelier du texte demain




François de La Rochefoucauld - Maximes -
Ce qui s'écrit
Mathieu
Quand je me dis que me souviens, quand je dis que je me souviens, je fais d'abord, par un curieux mouvement de la pensée, semblant de me souvenir et ainsi feignant, et grâce à cette feinte, le souvenir paraît, autonome dans son incréation. C'est sans doute ce mouvement, amplifié à l'extrême, qui dans une performance ultime, mais qui demeure d'abord une performance d'acteur, fait surgir les prophéties.




Il y a d'abord cette impression touchante que la mode a fait un tour sur elle même et que les jeunes présentés dans cette publicité sont à la mode d'aujourd'hui. Mais il y a aussi que ces jeunes sont furieusement sages et semblent sortir tout droit de la rue des Saints-Pères.
Cependant, le film date de 1972, soit quatre années après 1968 et son mois de mai. Il n'en resterait que les cheveux longs mais ils ont commencé à s'allonger dans le cou des garçons dès la fin des années 1950 et ceux qui sont présentés ici n'ont rien de beatniks. Quant à la chanson d'un chansonnier et l'accordéon, elle pourrait être d'avant-guerre.
Alors quoi ? Alors rien. Le film publicitaire pour ce magasin souhaitait attirer des jeunes qui étaient déjà vieux et trente ans plus tard, il a dû fermer, les faux jeunes étant devenus trop vieux et les vrais vieux sortant de la rue des Saints-Pères préférant rester rive gauche.

Et puis il y a ce curieux champignon qui apparaît sur le garçon... Aucune raison de penser cependant, qu'en 1972, on s'amusait encore à mettre des images subliminales dans les publicités.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... comme la mémoire et le souvenir mêmes unis... ... à la mémoire encore détruite, à la mémoire encore reconstruite.


Encore un effort ?












2010









L'écriture du souvenir ne fait rien au souvenir et l'écriture de la peine ne guérit pas la peine.