Diégèse  lundi 6 août 2012



ce travail est commencé depuis 4602 jours et son auteur est en vie depuis 19055 jours (5 x 37 x 103 jours) 2012

ce qui représente 24,1511% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Daniel
Barthes affirme que l'on écrit pour être lu. Certainement car à défaut il s'agirait d'une manie - il le dit aussi - inquiétante et du ressort de la psychiatrie. Mais il s'agit moins d'attention que d'imaginaire. Je ne peux pas écrire si je ne prends pas le parti, difficile, que ce que je vais écrire pourra rejoindre l'imaginaire et la pensée d'un autre. N'importe quel autre, et j'ajouterai, n'importe comment, n'importe quand, n'importe quelle part de son imaginaire, dans une visée proprement anthropologique. Ainsi, l'unité du texte n'est jamais entièrement stylistique, entièrement formelle, mais principalement humaine, de condition humaine. Les personnages et leurs lecteurs sont humains, ils pourraient presque se rencontrer.

Gustav
Ils pourraient faire cela. Ils ne le feront pas.

Mathieu
Je me souviens que nous sommes déjà venus ici, à Paris et dans le récit et je marchais alors tout le jour, me nourrissant à peine de quelques tomates, d'un fromage sec, surjouant un ascétisme qui masquait mal la désespérance.

Noëmie
J'aime quand tu regardes le ciel, incrédule face à la beauté des nuages.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Tu regardes le ciel, incrédule face à la beauté des nuages. Nous sommes déjà venus ici...
Ils pourraient faire cela.


... me nourrissant à peine de quelques tomates, d'un fromage sec...









2011 2010








Je ne peux pas écrire si je ne prends pas le parti, difficile, que ce que je vais écrire pourra rejoindre l'imaginaire et la pensée d'un autre. Ainsi, l'unité du texte n'est jamais entièrement stylistique, entièrement formelle, mais principalement humaine, de condition humaine.