Diégèse  lundi 27 août 2012



ce travail est commencé depuis 4623 jours et son auteur est en vie depuis 19076 jours (22 x 19 x 251 jours) 2012

ce qui représente 24,2346% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav
Nous allons repartir en voyage et nous mettrons la radio. La radio fait qu'il y a des pensées éparses qui se fixent parfois au paysage. Mais à ce voyage, il n'y a pas de destination. Il y a une rupture. Et puis il y aura le passage des villes qui rompent le paysage, préfiguration de la rupture et il est même parfois possible dans les villes, de blottir un marché contre un pont autoroutier.

Mathieu
C'est donc aujourd'hui le jour du départ.

Daniel
Non, en fait ce sera demain. Le temps du récit est tel que je me trompe parfois. Il faudra attendre un peu encore que la fatigue des étapes se fasse plus prégnante.

Noëmie
C'est agréable, c'est intelligent. Vous voulez dire que c'est mortel. Tout aussi bien je vous rappelle que nous ne sommes pas mortels puisque nous sommes des personnages.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'est donc aujourd'hui le jour du départ. Il est parfois possible, dans les villes, de blottir un marché contre un pont autoroutier.
Tout aussi bien, nous ne sommes pas mortels puisque nous sommes des personnages. C'est agréable, c'est intelligent. ... tel que je me trompe quelquefois...
... que la fatigue des étapes se fasse plus prégnante.









2011 2010








Il y a les pensées éparses qui se fixent parfois au paysage. À ce voyage, il n'y a pas de destination, mais il y a la rupture.