Diégèse  mardi 28 août 2012



ce travail est commencé depuis 4624 jours et son auteur est en vie depuis 19077 jours (3 x 6359 jours) 2012

ce qui représente 24,2386% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Mathieu
Nous sommes partis mais nous sommes restés et nous dormons à peine à un kilomètre de notre point de départ, juste derrière le périphérique, tout près encore de la grande ville et qui déjà me manque alors que je ne savais pas ce qu'était le manque.

Gustav
Tu parles de manque mais je ne me rappelle plus, quant à moi, la démonstration qui te permet d'affirmer qu'il existe.

Noëmie
Nous sommes restés à quelques pas du périphérique parce que parfois il faut dormir. Ce qui pourrait manquer et ce temps de l'enfance passer, le soir, à attendre que les étoiles phosphorescentes commencent à briller au dessus du lit. La grande ville ne me manque pas. Nous ne partirons que dans quelques jours et jusque là, ce ne seront que quelques tours, presque sur place, pour nous préparer au voyage et à ses inconvénients.

Daniel
Vous n'avancez pas et le temps semble ne pas avancer non plus. Or, si le temps n'avance autrement que par cette fiction que nous nommons communément le temps, que serait une fiction où le temps n'avance pas ? Ce serait mortel quand notre mortalité n'est pas encore une fiction.

Gustav
Et pourtant si.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Jusque là, ce ne seront que quelques tours, presque sur place, pour me préparer au voyage et à ses inconvénients. Parfois il faut dormir.
Notre mortalité n'est pas encore une fiction.
Je ne me rappelle plus, quant à moi, la démonstration qui lui permet d'affirmer qu'il existe.
... attendant que les étoiles phosphorescentes commencent à briller au dessus du lit...









2011 2010








Je ne savais pas ce qu'était le manque. Si le temps n'avance autrement que par cette fiction que nous nommons communément le temps, que serait une fiction où le temps n'avance pas ?