Diégèse  lundi 2 avril 2012



ce travail est commencé depuis 4476 jours et son auteur est en vie depuis 18929 jours (23 x 823 jours) 2012

ce qui représente 23,6463% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Mathieu
J'ai toujours l'impression d'arriver trop tard comme si, allant au théâtre, j'entrais dans le théâtre, je commençais à entrer dans le théâtre quand la pièce se finit. J'ai ainsi le sentiment permanent de vivre la fin du temps, la fin des temps, la fin de mon temps. Je regarde alors le passé, et le temps passé. Je vois la trace et je retiens la trace de tous ces mois d'avril, la trace de tous ces commencements. Je mets du temps dans ces souvenirs et plus je mets de temps, plus c'est le temps inquiet.
Alors je parle, je ne fais que parler et je ne me souviens déjà de rien. Le problème est alors que je ne sais pas à qui je m'adresse, que je ne le sais pas, quand je parle.

Gustav
Il est donc temps que tu sois entièrement projeté dans le silence et que tu passes deux mois sans autrui. C'est assez agréable.

Noëmie
Ce trouble, je le connais mais quand il me prend, je pars et je pars encore, revoyant toutes ces routes et l'Ombrie qui me regarde, sonnante toscane et le vin rosé, au goût d'hiver si bizarre.

Daniel
Et comment existeriez-vous sans la parole ?

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

Et plus je mets de temps, plus c'est le temps inquiet.
Le problème, c'est que je ne sais pas à qui je m'adresse, que je ne le sais pas, quand je parle. ... entièrement projeté dans le silence. Deux mois sans autrui.
... je pars et je pars encore, revoyant toutes ces routes et l'Ombrie qui me regarde, sonnante toscane et le vin rosé, au goût d'hiver si bizarre. Je n'ai fait que parler et je ne me souviens déjà de rien...








2011 2010








J'entre dans le théâtre, je commence à entrer dans le théâtre quand la pièce se finit. Je vois la trace et je retiens la trace de tous ces mois d'avril, la trace de tous ces commencements...