Diégèse  vendredi 7 décembre 2012



ce travail est commencé depuis 4725 jours et son auteur est en vie depuis 19178 jours (2 x 43 x 223 jours)
2012

ce qui représente 24,6376% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Mathieu
Le voyage est ce qui pourrait guérir de l'amour, substituant à une fiction par essence malheureuse une autre fiction par essence mélancolique. C'est la fin du voyage. À Taurianova, la péninsule nous reprend. La Sicile fait semblant de nous manquer et nous demeurons dans le seuil de solitude qui nous est imposé. Parfois, encore, après tout ce temps, j'entends ta voix, la nuit, tu sais, qui pleure de ne pas savoir aimer.

Noëmie
Tu as raison. C'est l'amour que l'on oublie par le voyage. Le reste, c'est pour passer le temps. C'est une plaisanterie.

Gustav
Parfois cependant, il n'y a plus d'amour et il n'y a plus de souvenirs de voyages.

Daniel
Vous êtes tristes d'avoir quitté la Sicile. En effet, c'est la dernière partie du voyage mais cette partie, la dernière, qui va de la Calabre jusqu'à l'aéroport de Rome n'a pas plus d'importance pour la fiction que toute autre partie, déterminée arbitrairement comme étant une partie du voyage, une partie de la fiction. C'est tout aussi bien le début du voyage.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'est la dernière partie du voyage mais cette partie, la dernière, qui va de la Calabre jusqu'à l'aéroport de Rome n'a pas plus d'importance pour la fiction que toute autre partie, déterminée arbitrairement comme étant une partie du voyage, une partie de la fiction. ... et il n'y a plus de souvenirs de voyages.
C'était une plaisanterie.


À Taurianova, la péninsule me reprend... ... dans le seuil de solitude qui nous est imposé... J'entends ta voix, la nuit, tu sais, qui pleure de ne pas savoir aimer...








2011 2010








Le voyage est ce qui pourrait guérir de l'amour, substituant à une fiction par essence malheureuse une autre fiction par essence mélancolique. Le reste, c'est pour passer le temps.